Garder le contact

Pour Greg, célibataire et confiné seul chez lui, les application de rencontre gay sont un moyen de garder un lien social : « Avant le confinement je cherchais principalement des partenaires occasionnels et j’avais des discussions très brèves. Depuis je me connecte pour prendre des nouvelles de mes PQR (plans culs réguliers) et faire connaissance avec de nouveaux garçons. On échange plus qu’avant, on prend le temps car on n’est pas dans la recherche immédiate et on apprend à se connaître ».

Greg sent un peu plus de bienveillance dans les échanges : « Je ne suis pas musclé, ni barbu, ni poilu. Avant, certains mecs me bloquaient pour un rien ou ils me ghostaient (le fait de ne jamais répondre). Aujourd’hui, je reçois plus de réponses, y compris de garçons avec qui il ne se passera sûrement rien mais c’est agréable de pas être juste un bout de viande. Ça remet un peu d’humanité dans un truc virtuel qui peut être assez violent si on n’est pas très sûr de soi ».

Greg a aussi découvert les « plans cam » à 30 ans : « Je n’avais jamais fait de plans par webcam et un de mes réguliers a commencé à me chauffer pour qu’on en fasse un. Il m’a proposé de me connecter sur l’application de rencontre Jock pour se voir en visio. C’était fun et assez excitant ! Depuis on l’a refait plusieurs fois. C’est une façon agréable de passer le temps et de se sentir moins seul ».

« Le confinement favorise les échanges » 

Pour Mickael, en couple ouvert et en confinement avec son conjoint, son usage des applications de rencontre gay est un peu différent : « Je ne suis pas branché plan cam donc ça reste au stade de la discussion, en attendant de pouvoir se voir après le confinement. Comme il y a un peu moins de monde, ça permet aussi de discuter avec de nouveaux gars. Et de se dire que, seul ou avec mon mec, nous pouvons prévoir pas mal de nouveaux plans quand ce sera possible.

J’ai l’impression que le confinement favorise les échanges. Je pense qu’en temps normal il y a une recherche de plans avec une concrétisation rapide (je fonctionne aussi comme ça, je ne suis pas fan des discussions qui durent des jours voire des semaines). Là, nous n’avons pas le choix donc ça aide à discuter un peu plus.

Et puis, c’est aussi l’occasion de rediscuter avec des gars que l’on a vu une fois sans forcément de suite. Là, on prend des nouvelles. Ça reste léger mais c’est plutôt sympa. »

Quid des sollicitations pendant le confinement ?

« Jusqu’à présent, j’ai eu peu de gars qui ont insisté afin qu’on se voit pendant la période de confinement. En général, ce sont des gars qui ont « faim », qui ne seraient pas venu me parler en temps normal et qui tentent… Mise à part mes plans réguliers (mais avec eux, je ne passe plus sur les applis), je suis plutôt dans la consommation en général mais là, je me retrouve à discuter avec des gars y compris avec certains avec lesquels il n’est pas certain que je passe à l’acte un jour. À voir si cette habitude sera conservée après retour à la normale ! »

A la rédac, nous pensons que les applications de drague sont ce que nous en faisons. Alors soyons, funs et bienveillants. Prenons le temps de répondre gentiment à ce voisin qui a l’air un peu seul et règle d’or : les dickpics c’est que sur demande !